Des ressources pour enseigner..

Évaluer son cours ?

Nous vous proposons ici de travailler sur l'évaluation de votre cours, dont les recherches montrent qu'elle constitue un outil puissant pour améliorer ses pratiques. Un questionnaire "de satisfaction" ne permet de mesurer que la perception des étudiant.e.s, mais avec des questions soigneusement choisies, il offre une occasion unique de comprendre ce que vivent les étudiant.e.s et la façon dont ils perçoivent vos enseignements.

Différents types d'évaluation ?

Le dossier BQE vous propose de mettre en place des évaluations formatives, mais de quoi s'agit-il ? En quoi sont-elles différentes des évaluations que nous avons l'habitude de mettre en place ? C'est sur ces thèmes que ce document vous propose de réfléchir

Des publications..

Vous voulez comprendre quelles méthodes pédagogiques nous encourageons ?

Voici les dernières publications pour lesquelles le SUPARtois s'est associé au laboratoire RECIFES :

Couturier, C., Masclet, J., & Boutin, V. (2015). Atelier de formation à la pédagogie « Comment mieux motiver mes étudiants » (p. 809‑814). Présenté à Questions de pédagogie dans l’enseignement supérieur, Brest.

De Gruil, L., Leahy, V., & Couturier, C. (2015). Télécollaboration pour développer les compétences culturelles et linguistiques (p. 149‑154). Présenté à Questions de pédagogie dans l’enseignement supérieur, Brest.

Couturier, C., Masclet, J., & Boutin, V. (2014). Acoustique en Master 2 : un enseignant transforme ses pratiques d’enseignement. Présenté à Journées Clermontoises de la pédagogie universitaire - 2e Université d’été de l’ADMEE - Europe - Enjeux et évolutions de la pédagogie universitaire.

Couturier, C., Masclet, J., & Defer, D. (2014). Acoustique en master  les étudiants font le cours. Présenté à 28ème Congrès de l’Association Internationale de Pédagogie Universitaire (AIPU) : Pédagogie universitaire: entre recherche et enseignement, Mons, Belgique. Consulté à l’adresse http://hosting.umons.ac.be/php/aipu2014/C9TEST/select_depot2.php?q=46

Couturier, C., & Tittelein, P. (2013). Apprentissage Par Problème : Méthodologie en Licence de Sciences pour l’Ingénieur (p. 269‑278). Présenté à Questions de Pédagogie dans l’Enseignement Supérieur, Sherbrooke, Québec. Consulté à l’adresse http://colloque-pedagogie.org/?q=node/433

 

Apprendre en profondeur à l’université ? Quelques stratégies d’enseignement efficaces 

Le 16 novembre 2015, Jean-Pierre Béchard a donné une conférence active sur le thème « Apprendre en profondeur à l’université ? Quelques stratégies d’enseignement efficaces »

Jean-pierre Béchard, HEC Montréal, est Directeur du Service de l'enseignement du management , Responsable de l' Observatoire des Innovations Pédagogiques en Gestion et Chercheur associé de la Chaire d'entrepreneuriat Rogers - J.-A.-Bombardier

Innover dans l'enseignement supérieur, pourquoi, comment ?

Le 17 novembre 2015, Marc Romainville a donné une conférence, active évidemment, sur le thème « Innover dans l'enseignement supérieur, pourquoi, comment ? »

Docteur en sciences de l´éducation, Marc Romainville est professeur à l´Université de Namur, en Belgique. Il y est responsable du Service de Pédagogie Universitaire (SPU) et directeur du Département Éducation et Technologie (DET). Ses domaines privilégiés de recherche concernent l´échec dans l´université de masse, les pratiques étudiantes et les mutations des pratiques enseignantes à l´université.

Ces deux conférences sont visibles sur le site :http://podcast.univ-artois.fr/conferences/sup-artois-rentree-de-la-pedagogie.html

Les étudiants changent, pourquoi pas nous ?

La vidéo de la conférence du 11 mars 2015 de Christelle Lison « Les étudiants changent, pourquoi pas nous ? » est disponible !

http://podcast.univ-artois.fr/conferences/sup-artois-christelle-lison.html

Ainsi que son PPT et le document de Kozanitis qu'elle a utilisé pour faire travailler l'amphi suivant la méthode "1-2-Tous"

Vous trouverez toutes ces méthodes dans l'excellent ouvrage sur l'approche programme :
Prégent, R., Bernard, H., & Kozanitis, A. (2009). Enseigner à l’université dans une approche-programme. Ecole Polytechnique de Montréal

Les étudiants changent, leur rapport au savoir évolue, l’enseignant universitaire s’adapte et s’intéresse aux pédagogies actives, aux innovations pédagogiques… Mais de quoi s’agit-il ? Aujourd’hui, comment pouvons-nous inscrire notre enseignement dans une logique d’apprentissage qui ait du sens pour nos étudiants ?

Cette conférence devrait vous permettre de...

  • identifier les changements actuels en enseignement supérieur et leurs impacts
  • considérer l’intérêt et les opportunités de mettre en place des méthodes pédagogiques actives
  • mettre en pratique des outils qui favorisent les méthodes pédagogiques actives

 

Christelle Lison, professeure à la Faculté d'éducation de l'Université de Sherbrooke, est spécialisée en pédagogie de l'enseignement supérieur. Auteure de plusieurs articles et chapitres de livre sur le sujet, elle intervient dans la formation pédagogique des doctorants, des chargés de cours et des professeurs d’université. Elle est actuellement responsable du diplôme de troisième cycle en pédagogie de l'enseignement supérieur et co-rédactrice en chef de la Revue internationale de pédagogie de l’enseignement supérieur (RIPES)

 

 Rendre les étudiants actifs ?

Le SUPArtois a été inauguré le jeudi 6 février 2014 par une conférence exceptionnelle animée par Denis Berthiaume, vice-recteur en charge de la qualité de la HES-SO (l'université des sciences appliquées de Suisse occidentale)

Visionner la conférence en ligne : "Pourquoi et comment rendre actifs les étudiants en petits et grands groupes"

 

La pédagogie interactive, ce n'est pas une méthode mais une façon de penser son enseignement...

 

 

"Pour beaucoup, enseigner, c'est parler longtemps d'un sujet avec une voix superbe, mais quelle preuve a-t-on que les étudiants ont appris quoi que ce soit à la fin du cours ?", s'interroge-t-il, soulignant que les enseignants-chercheurs ont une formation pédagogique limitée. « Si vous voulez que vos étudiants retiennent des informations factuelles, faites un cours magistral ; mais si vous voulez qu'ils aillent plus loin dans leur réflexion et réalisent des apprentissages en profondeur, faites de l'interactif », conseille-t-il.  Les enseignants du supérieur sont les seuls à qui on n'a jamais expliqué quelles sont les méthodes les plus efficaces dans le domaine de l'enseignement. Or la massification et la diversification de leur public les oblige à s'interroger sur leur pédagogie. L'enseignant doit passer de la position de ‘sage on the stage' (le sage sur l'estrade) à la posture de ‘guide on the side' (guide aux côtés) ». Mais alors « il faut briser les représentations des étudiants qui pensent qu'à la fac on ne peut pas parler, pas poser de questions ». Car leur place change aussi : ils passent du siège du passager à celui de conducteur. Généralement, plus l'enseignant est dans une posture de transmission des contenus, plus l'étudiant est dans une posture d'apprentissage en surface. Pour favoriser un apprentissage en profondeur, l'enseignant devra rendre son cours plus interactif, en suscitant les questions des étudiants, en les interrogeant directement, mais aussi en provoquant la discussion entre eux. « Les enseignants qui essaient ne reviennent plus en arrière car eux-mêmes ne s'ennuient plus en cours : ils sont toujours surpris par ce que les étudiants vont leur dire », prévient le conférencier. 

Télécharger le fichier pdf de la présentation de Denis Berthiaume

Comment rendre actif un amphi de 200 personnes ?

Il est possible d'appliquer l'interactivité en grand groupe… quand on sait faire. L'objectif n'est pas de faire parler tout le monde, mais de faire participer tout le monde !

Lors de la journée des usagers des bibliothèques le 17 avril 2014, nous avons fait une intervention en pédagogie active. Vous pouvez visionner la 2e vidéo à partir de la 55e minute, l'intervention dure au total 1h30. C'est une des nombreuses possibilités pour dynamiser un grand amphi.

 

 

 

 

Enregistrer

 

Enregistrer