Les résultats du bilan 2015 des émissions de Gaz à Effet de Serre

Pourquoi réaliser un bilan des émissions de gaz à effet de serre ?

Suite au processus législatif du Grenelle de l’Environnement, la réalisation d’un bilan des émissions de gaz à effet de serre, et d’une synthèse des actions envisagées pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre est désormais obligatoire pour les personnes morales de droit public de plus de 250 personnes.

L’objectif est de comptabiliser en Tonnes équivalent CO2 les émissions de gaz à effet de serre, de déterminer et d’analyser les postes d’émission les plus importants afin de proposer des actions de réduction ciblées et spécifiques à l’établissement.

Le périmètre considéré est le suivant :

  • les émissions directes, produites par les sources, fixes et mobiles, nécessaires aux activités de la personne morale 
  • les émissions indirectes associées à la consommation d’électricité, de chaleur ou de vapeur nécessaires aux activités ou à l’exercice des compétences de la personne morale 
  • les autres émissions (option)

 

La méthode du bilan GES 2015

Un premier Bilan Carbone © a été réalisé en 2011/2012 avec l’accompagnement de deux bureaux d’études spécialisés. Le périmètre était volontairement le plus large possible intégrant les 3 scopes du Bilan Carbone ©. Cette première expérience des établissements d’enseignement supérieur dans la réalisation d’un Bilan Carbone © n’a pas été satisfaisante. Face aux difficultés rencontrées, la seconde campagne de bilan des émissions de gaz à effet de serre se devait d’être différente, plus efficace et efficiente pour les établissements.

Dès 2014, la Communauté d’Universités et d’Etablissements Lille Nord de France (COMUE LNF) a créé une méthodologie propre à notre paysage institutionnel pour une seconde campagne de bilan des émissions de Gaz à Effet de Serre (GES). Les 6 universités, l’Ecole Centrale de Lille (ECL) et l’Ecole Nationale Supérieure des Arts et Industries du Textile (ENSAIT) ont participé à sa réalisation. Accompagnées par l’AMUE (Agence de Mutualisation des Universités et des Etablissements), elles ont pu s’approprier la méthode du bilan GES.

 

Les résultats du bilan GES 2015

Les émissions de gaz à effet de serre générées par les activités de l’université d’Artois en 2014 s’élèvent à 13 562 tonnes équivalent CO2.

Les postes les plus émetteurs en GES sont les déplacements (8457 teqCO2) et l’énergie (3063 teqCO2).

Les déplacements représentent 62% des émissions de GES. En effet, l’université d’Artois comptabilise un effectif important : près de 11 181 étudiants et personnels se déplacent sur les sites universitaires quotidiennement au moyen de différents modes de transport.

Face à l’importance des émissions du poste Déplacements, les émissions liées aux consommations d’énergie des bâtiments, aux immobilisations ont été isolées. Elles représentent 5105 tonnes équivalent CO2 et sont plus directement liées aux capacités d’intervention de l’université. Ces postes devront donc être considérés comme prioritaires dans un plan d’action.

 

Les étapes de préparation du bilan GES 2015 :

Septembre - Octobre 2014

Définition du périmètre du bilan GES de la COMUE Lille Nord de France

Octobre - Décembre 2014

Réalisation du tableur bilan GES de la COMUE LNF avec le choix des facteurs d’émissions retenus

Janvier 2015

Définition d’un calendrier de collecte des données
Réalisation d’outils d’aide à la collecte des données : listing des données à collecter, fiche de renseignement des données

Février - Mai 2015

Collecte des données

Juin - Juillet 2015

Insertion des données dans un tableur pour l’obtention du bilan GES 2015 de l’université d’Artois

Septembre - Octobre 2015

Réalisation d’un document expliquant le bilan GES

Novembre - Décembre 2015

Publication et communication autour du bilan GES

Après la validation du périmètre, du tableur et des outils par l’AMUE, une phase de collecte des données a été entamée. Cette phase a été pilotée par la COMUE Lille Nord de France.

Ainsi, le bilan GES 2015 de l’université d’Artois porte sur l’année de référence 2014 et sur les 5 sites de l’université d’Artois (Arras, Lens, Liévin, Béthune et Douai).