Les projets de recherche en cours de Recifes

Le projet « Santé et bien-être des élèves et des personnels. Etats des lieux et stratégies d’éducation à la santé et à la citoyenneté », associant l’équipe Responsabilité et Stratégies des Acteurs du Sport et de l’Education, EA 4110, Université de Lille 2, et le laboratoire RECIFES, EA 4520, Université d’Artois, a été retenu par l’ESPE LNF pour 2015-2016. Il vise premièrement à dresser une appréciation globale de la santé des élèves de la région Nord-pas de Calais dans une acception large du bien-être. Il tente deuxièmement de mesurer les effets des multiples stratégies d’éducation à la santé et la citoyenneté. Afin d’apporter une analyse fine des analyses proposées, trois focus seront réalisés dont les résultats seront à même d’orienter des stratégies de formation et d’intervention des futurs enseignants à plus grande échelle.

• Axe 1 : Victimation et climat scolaire : jeux dangereux et espaces cachés.

• Axe 2 : Effet des dispositifs et des stratégies d’éducation à la santé et la citoyenneté.

• Axe 3 : Bien-être des élèves et bien-être des personnels : une analyse des stratégies d’ajustement et des facteurs de protection.

 

 

Le projet « Formation et accompagnement à l’entrée dans les métiers de l’enseignement et de l’éducation : enjeux, modalités et effets des dispositifs de professionnalisation par alternance » jouira d’une subvention par l’ESPE LNF pour les années civiles 2015 et 2016. Suite aux assises régionales de la recherche en avril 2014, il était en effet apparu que les questions fondamentales de l’entrée dans le métier, des effets de la formation initiale sur celle-ci et du vécu des périodes de formation en contextes professionnels méritaient une recherche d’ampleur. Ces thèmes seront ainsi interrogés par la présente entreprise scientifique, qui réunit des chercheurs du RECIFES, du CIREL et d’autres unités régionales comme l’IRTS. Des professionnels de terrain sont également impliqués, dans un souci d’amélioration de l’offre de formation continue. Le projet global se divise en deux pans :

• Axe 1 : Recompositions des formations initiales, contextes d'exercice et construction professionnelle des enseignants et personnels d'éducation.

• Axe 2 : Dispositifs et outils de formation par alternance des professeurs, des éducateurs et des travailleurs sociaux : visites, documents d’autoévaluation, écrits réflexifs, innovations pédagogiques par la recherche.

 

 

Le projet LEMME, « Langage et Enseignement-apprentissage des MathéMatiquEs », porté avant tout par les didacticiens des mathématiques du laboratoire LML de l’Université d’Artois et du LDAR ainsi que des philosophes du RECIFES, a de même été subventionné par l’ESPE LNF. Ce projet porte sur le rôle du langage dans la transmission du savoir. En quoi le langage influe-t-il la construction des savoirs et les apprentissages en classe de mathématiques ? À quelles logiques les actions langagières des enseignants répondent-elles ? L’interaction entre ces questions, qui dépassent le cadre des phénomènes habituellement décrits par la didactique des mathématiques, rend nécessaire leur étude conjointe par des collègues d’autres disciplines. Deux journées d’étude sont prévues en particulier pour traiter de ces questions.

La première, en 2015, portera sur Lev Vygotski et les mathématiques. Comment comprendre en particulier l’analogie qui se dessine entre passage de l’oral à l’écrit et passage de l’arithmétique à l’algèbre ? La seconde, en 2016, portera plus explicitement sur des normes à enseigner, celles de la logique, que ce soit en philosophie pour enfants, au lycée ou dans le supérieur.

 

 

Projet inter-DIM :

Une réponse à un appel à projet inter-DIM de l’Université d’Artois a été reçue positivement. Elle engage principalement trois laboratoires, le LEM-Artois, Discontinuités et RECIFES. Son titre est le suivant : « L’identité des universités de proximité. Le cas de l’Université d’Artois ». Comment l’identité se construit-elle et évolue-t-elle ? Au sein de quelles interactions, avec quelles pratiques sociales, spatiales et culturelles ? Par la constitution de quels types de réseaux ? Trois pôles d’investigation sont retenus :

• la formation (apprentissages des étudiants et pédagogie universitaire) dans un contexte de massification. La question est celle de l’évolution des pratiques enseignantes et des pratiques étudiantes, et leurs effets sur l’identité.

• la vie étudiante : quelles pratiques sociales, spatiales et culturelles ? La question est celle de l’appropriation des campus ainsi que celle de l’attractivité de l’université (motivations des étudiants à s’inscrire dans cette université renvoyant à la fois à l’image de celle-ci et aux réseaux des étudiants étrangers).

• la recherche : nous l’appréhenderons partir de nouvelles entités qui ont des effets sur le processus de construction-déconstruction-reconstruction identitaire : les clusters ou pôles de compétitivité, qui ont pour particularité un ancrage local et la mise en réseau de différents types d’acteurs, peu habitués à travailler ensemble.