Droit Individuel à la Formation (Dif)

Toutes ces formations, hormis l’action de type I, peuvent être complétées par le Droit individuel à la formation (Dif). Tout agent de l’Etat, qu’il soit titulaire ou non, cumule chaque année 20 heures de Dif s’il est à temps plein, au pro-rata des heures travaillées s’il est à temps partiel, et jusqu’à 120 heures maximum s’il ne les utilise pas.

Les formations retenues dans le cadre du Dif doivent se situer dans les axes du plan de formation de l’Université. Les modalités de calcul pour l’utilisation du Dif par les enseignants sont consultables à l’onglet « Formulaires et documents », rubrique « Ressources humaines » puis « Formation continue des personnels », avec un document à télécharger sous « Informations générales ».

Impact sur l’activité des agents :

Les personnels BIATOSS :

  • L’université, saisie d’une demande de formation en utilisation du droit individuel à la formation dispose d’un délai de 2 mois pour notifier sa réponse.
  • Une heure de formation en DIF vaut une heure d’activité.
  • Les personnels contractuels bénéficiant d’une ancienneté minimale d’un an se voient accorder les mêmes dispositions que les personnels titulaires.

Les personnels Enseignants :

Un enseignant-chercheur doit 1 607 heures de travail. Ce temps est partagé pour moitié par des services d’enseignement déterminés par rapport à une durée annuelle de référence égale à 128 heures de cours ou 192 heures de travaux dirigés ou pratiques ou toute combinaison équivalente en formation initiale, continue ou à distance. Ces services d’enseignement s’accompagnent de la préparation et du contrôle des connaissances y afférents.

Objet

Services dû

DIF

Heures de travail

1607 h

20 h

Services d’enseignement avec préparation et contrôle de connaissance

1607/2 = 803,5

20 h/2 = 10 h

Heures de cours

192 = 803,5 x 23,3 %

10 H x 23,3% = 2,4 h (arrondi à 2,5)

Donc un enseignant chercheur qui utilise son droit au DIF de 20 heures sur une année, verra son service d’enseignement diminué de 2,5 HTD.

Pour un enseignant du second degré qui doit annuellement un service d’enseignement  de 384 HTD, l’impact de l’utilisation du DIF de 20 h sera, sur son service statutaire de 5 HTD.