Trois étudiants qataris à Arras

06/05/2014

Étudiants en 2e année de licence de droit à l’IPAG de Rouen, trois ressortissants de l’émirat du Qatar sont venus récemment suivre une semaine de cours intensifs à Arras proposée par le département de FLE (Français Langue Étrangère) en collaboration avec le SEPIA, Service de Formation Continue. Une convention de partenariat est en préparation.

 

les 3 étudiants qatari semblent apprécier leur séjour à Arras

Ici aux côtés de leurs enseignantes arabophones et de Sabine Vitel, les 3 étudiants étrangers semblent avoir beaucoup apprécié leur séjour à Arras

Début avril, Hamad Al Athbi, Mohamed Al Marri et Ghanem Al Athbi, trois étudiants qataris en 2e année de licence de droit à l’Institut de Préparation à l’Administration Générale (IPAG) de Rouen, sont venus à Arras pour suivre une semaine de cours intensif sur la méthodologie de l’écrit en droit public, dans le cadre de l’enseignement en Français Langue Étrangère (FLE) dispensé à l’université d’Artois. Cette remise à niveau à l’écrit devrait leur permettre d’entrer en septembre prochain en 3e année de licence de droit .

Arrivés en France en 2011 sans savoir parler un mot de français, ces trois étudiants qataris ont suivi des cours sur mesure avec 4 intervenantes dont 2 doctorantes arabophones, qui travaillent justement sur les difficultés des étudiants arabophones étrangers à l’université. Comme eux, plus de 220.000 étudiants étrangers choisissent de venir en France chaque année, soit 15% de l’effectif total de l’enseignement supérieur et 11% de celui des universités.

 

Une politique favorable à la francophonie

Alors que leur pays est membre de l’OIF (Organisation Internationale de la Francophonie) depuis trois ans, « il y a désormais une nouvelle politique linguistique au Qatar favorable à la francophonie », révèle l’un des étudiants. C’est à l’initiative de Jean-Marc Mangiante, responsable du master FLE à l’UFR de Lettres et Arts, qu’un nouveau partenariat avec les autorités de l’émirat est ainsi en train de se mettre en place.

Jean-Marc Mangiante a en effet connu Hocine Chalabi, l’ex-attaché linguistique à l'ambassade de France à Doha, il y a une quinzaine d’années, alors que celui-ci était directeur adjoint de l’Institut de Touraine, un centre de langue française situé à Tours. Hocine Chalabi est aujourd’hui le collaborateur direct de l’ambassadeur du Qatar à l’UNESCO, Ali Zainal, un francophone diplômé d’un master 2 FLE de l’université Paris 3.

 

L’ambassadeur séduit par Arras

En septembre 2013, Jean-Marc Mangiante est parti quelques jours en mission à l’Institut français du Qatar, accompagné de Stephen Rowley, vice-président de l’université d’Artois chargé des Relations Internationales. Puis c’est l’ambassadeur lui-même et son conseiller qui ont été reçus en décembre par le président de l’université d’Artois et son équipe. L’ambassadeur a été séduit par la taille humaine de l’université, qui permet d’avoir un suivi plus individualisé des étudiants, ainsi que par la proximité de la ville avec Paris. Les autorités qatari cherchent ce genre d’université pour que leur programme de bourses ait plus de chances de réussir.

« Le Qatar a un programme de bourses pour les étudiants bacheliers qui veulent faire des études en France : ils sont environ une trentaine par an, mais ils démarrent avec un niveau zéro en français car cette langue n’est pas enseignée au lycée. C’est pourquoi ils suivent d’abord un stage intensif de 4 mois à l’Institut français à Doha, avant de partir dans un centre de langues en France pour 18 mois », explique Jean-Marc Mangiante.

 

Des Qataris à l’année à partir de janvier

Entièrement financées par l’émirat, ces deux années d’apprentissage du français leur permettent normalement d’avoir un niveau B2, leur ouvrant la possibilité de suivre un cursus de licence. Beaucoup choisissent le droit, mais aussi l’économie et parfois les sciences. Quand ils reviennent au Qatar, ils occupent souvent par la suite des fonctions assez importantes : par exemple, certains collaborateurs de l’ambassadeur du Qatar en France sont des anciens de ce programme de bourses.

« Aujourd’hui, les boursiers vont à Paris, Bordeaux, Saint-Etienne, Lyon, Grenoble et Rouen. Un projet d’accueil de boursiers qataris à Arras en janvier 2015 est actuellement en discussion », indique Jean-Marc Mangiante. Il rappelle que l’université d’Artois a pour spécificité l’enseignement du français professionnel pour les entreprises et du français sur objectif universitaire, tourné vers les besoins des étudiants étrangers : « Le français sur objectif universitaire est un programme spécifique pour que les étudiants étrangers réussissent à suivre les cours universitaires en français, alors que le taux d’échec des étudiants étrangers de niveau B2 est en moyenne supérieur de 40% à celui des étudiants natifs ».

 

Centre de remédiation national

Une convention de partenariat est donc en préparation avec le ministère de l’Enseignement supérieur qatari pour faire de l’université d’Artois un centre de remédiation pour tous les étudiants qataris en France, un lieu d’accueil des boursiers dans les filières droit ou économie, avec un élargissement du programme de bourses aux masters Expographie-Muséographie et Mise en valeur du patrimoine.

Il existe aujourd’hui déjà des programmes d’échanges d’étudiants avec les universités chinoises de Nankin, Chenyang ou Canton, un double master FLE avec l’université tchèque de Plzen, un partenariat pour le master FLE à distance avec l’université égyptienne Ein Shams et l’Institut français du Caire, et une convention avec l’Institut français d’Athènes pour ce même master.


Université d'Artois - 9, rue du Temple - BP 10665 - 62030 ARRAS CEDEX - France - Tél : +33 (0)3 21 60 37 00